241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2015

Jacques Sicard sera présent in Diérèse opus 65

SICARD D 65.jpg

        Lauren Henkin - Displaced 1 - Nouvelle-Écosse - Canada - 2007.

 

J'aime d'autant plus les lucioles électriques, qu'elles sont artificielles. J'aime d'autant plus les petits matins, qu'il y reste, via ces lucioles d'artifice, un peu de nuit. J'aime d'autant plus les réverbères, qu'ils brillent en plein jour, leur lumière luciolée soufflant sur l'ultraviolet comme Aladin sur sa lampe. J'aime d'autant plus le potron-minet des campagnes, que l'incertitude identitaire de quelques photons attardés bouscule, presque en un geste d'art, le calme uni des feuilles. J'aime d'autant plus l'éclairage public, qu'aucun public n'en témoigne, c'est une veilleuse fragile, mais nul ne sait de qui ou de quoi, peut-être la venue d'une Lucille ? J'aime d'autant plus les calmes Lucifers que la technologie oublie à la croisée des chemins, qu'ils semblent par leur insistance à luire ne leur devoir rien, sinon la condition oubliable qui leur permet hautainement d'être à hauteur de branche. J'aime d'autant plus un vieil arbre feuillu, qu'une lampe vicinale le perce et y brûle sans discontinuer comme l'ampoule de Livermore depuis 1901. J'aime d'autant plus la lanterne allumée à l'heure bleue parmi les pommes de pin, pendue comme l'une d'elles, que Pomme de Pin est le nom du cabaret que jadis fréquenta Villon.

                                                                           Jacques Sicard

10:15 Publié dans Diérèse | Lien permanent | Commentaires (0)

21/05/2015

Richard Rognet, illustré par Pacôme Yerma, sera présent in Diérèse opus 65

En chaque aspect du monde

                                                                  Pour Daniel, Mei et Gaëlle

       1

          Ne cherche pas où fuit la nuit,
          les astres restent sourds,
          et tes rêves, fanés. La mésange
          qui vient raviver ta journée
          porte le ciel sur ses ailes.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

                         Richard Rognet

 

ROGNET DESSIN D 65.jpg

Pacôme Yerma, dessin à la mine de plomb

23:48 Publié dans Diérèse | Lien permanent | Commentaires (0)

Daniel Martinez, illustré par Patrick Navaï, sera présent in Diérèse 65

                Ce qui bourdonne
                à travers les cristaux de lumière
                est sel de la mémoire

Etrangère au souci du paraître, aux embruns qu'un soleil déjà vif absorbe : l'histoire immédiate des cinq ou six bleus caressant de concert la table basse. Où gît une pierre rare, posée sur un morceau d'ouate. Lumineuse, incandescente. La pièce est silencieuse. Il neige sur le papier où j'écris ces quelques lignes.

... Puis un bourdonnement diffus, le fait de mon esprit ? J'ai écarté les feuilles et les branches de la haie pour m'y glisser, observer sans être vu, retenant mon souffle. Il y avait là quelques ruches, à l'abri d'un grand chêne. Ici, sur la planche de vol, les butineuses pressées atterrissaient et décollaient.

Au sol, les ouvrières, plus jeunes, humble personnel non encore navigant et chargées des tâches ingrates, les libéraient de leur charge qu'elles s'en allaient aussitôt ranger dans les rayons. L'odeur du soleil, la paix mouvante, l'air ne pesait plus. Une feuille d'or à mes pieds.

                                                   Daniel Martinez

 

navai D 65.jpg

Patrick Navaï

 

23:00 Publié dans Diérèse | Lien permanent | Commentaires (0)