241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2015

Martin Schweizer accompagnera de ses oeuvres Michel A. Chappuis in Diérèse 64

Le tableau reproduit plus bas, du plasticien suisse Martin Schweizer, ornera la quatrième de couverture du prochain Diérèse ; ce peintre illustrera dans ledit numéro le nouvelliste et romancier Michel A. Chappuis, lui-même né à Neuchâtel en 1968 :

 

D64 1 SCHWEIZER.jpg

A la saignée des heures

Un autre jour a coulé dans ma tasse. Brûlant, et encore plus amer. Lentement, presque nonchalamment, il déplie les maisons monotones jusqu'aux confluents des rues, et la ville entière accueille dans un ultime bâillement électrique (sans langueur, sans grand étonnement) la coupure de l'éclairage public qu'on avait oublié. Ils montent en nuées grises vers certaines hautes cheminées emblématiques, invisibles d'ici, déposées sur le ruban de ciel qui passe au-dessus de nous en sens inverse.

Des nouvelles tournoient dans une lumière stratifiée, rebondissent sur le miroir ou sur le mur du fond juste en face de moi, où s'encadre ce paysage peint par on ne sait qui, puis elles vont se perdre au plafond ou écrasent leur vol éphémère parmi les miettes, les cendres éparses et les petites cuillères, sans laisser de traces, et sans jamais faire trembler les lourds rideaux de la morosité. Tegelmann est mort. Qui c'est ça, Tegelmann ?...

                                                                                        Michel A. Chappuis 

09/02/2015

Jean-François Sené sera présent in Diérèse 64

     délire le poème
     pour mieux le dire
     l’abîmer dans le silence
     pour mieux aimer


     la folle aux seins nus
     à la verte toison iodée
     qui hante la galaxie incandescente
     des folies sensuelles


     alors seulement
     rien ne sera comme avant
     l’escarcelle sera balancelle
     et nous boirons
     l’ivresse des oiseaux


                           Jean-François Sené

 

SENE BLOG.jpg

Pascal Ulrich, Hommage à Satie II

 

07/02/2015

Isabelle Lévesque sera présente in Diérèse 64

     Efface à force l’eau des feuilles. 

 

     Sur l’orage – au tronc se fend.

     Cœur laissé : qui garde au pied ce socle ?

     Où vas-tu ? J’entre et tronc se creuse

     – passage d’encre où la forme

     fonde un sortilège. Printemps montre. 

     Il offre. L’or ajoute une aile. 

     Ô ce silence de pluie !

     La feuille incline pliure à courte fièvre.

     L’eau sans

     l’onde et l’ombre tue.

 

     Existe. 

     Est-ce un code ? 

     Au tronc se blesse.

     Ouvre-toi, le socle est douleur.

     Or je veux.

 

     (Naître.)

 

                       Isabelle Lévesque

 

BERGERE BLOG.jpg

Encre inédite de Marc Bergère