241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2021

"Danubiennes - douze voix féminines de la poésie slovaque contemporaine", traduction et adaptation : Jeanine Baude et Miroslava Vallová, éditions Pétra, février 2019, 258 pages, 19 €

Iseult : les lettres, les rêves à Tristan


Je pleurerai ton
nom : dents dures
broyant la nuit épaisse, plumage vierge
écailles : cœur
broyé ? dans le noir de la nuit, je gémirai ton nom :
comme si tu étais couché ici, en moi, unique
et vrai et sali par le sang,
Tristan :
il y a deux semaines déjà, un rêve peut-être ? Nue
la neige pressée sur mon pubis     je la jette
rouge de sang : éclaneige

 

Tristan
C'est inapaisable
en moi :
en toi : cette veine cet
arc-en-ciel explosé

 

les rêves ont-ils bougé ? l'enfant à venir, le feu follet ?
: la faim : de
qui : la famine : ils ne m'ont pas versé
de vin : ils ne m'ont pas appelée :

la treizième, celle qui a des ailes :
je ne gêne
ni ne manque
à qui : à travers les treize murs, les treize
rivières : vivante ? les rêves
qui martyrisent, s'enchaînent, la neige amère changée
en rubis

 

ou bien l'été : 
le manque : le matin :
humide
vide
mûr : le matin
au bord peut-être d'un rêve
fou : peut-être le tien : le ciel lacéré,
nous sommes étripés comme animaux
du sacrifice : nos entrailles sorties : sacrifiée : sacrifié :
          sur l'autel
de quel dieu immuable : et ancien :
après : le rêve : le pubis dévoilé ? le pubis de porcelaine
celui d'une poupée, sa peau translucide, vide :
je suis ?

Anna  Ondrejková

10/09/2021

"Je hurle mais tu n'entends pas" : le dimanche 19 septembre à 19 heures, lecture de poésie féminine afghane à la Maison de la poésie de Paris

Maud Thiria, qui a participé au numéro 68 de Diérèse (juillet 2016) vous écris aujourd’hui pour vous informer de la lecture mise en place par ses soins le dimanche 19 septembre à 17h à la Maison de la poésie de Paris, ce "afin de soutenir les femmes afghanes face aux événements actuels et combattre contre le silence avec nos armes que sont nos mots de femmes poètes. Une vingtaines de femmes poètes françaises ont répondu présentes et formeront comme un chœur autour de deux femmes afghanes qui liront en dari et un peu en pashtou accompagnées d’un joueur de rubab, instrument afghan d’une rare puissance mélodique.

Si jamais l’événement vous intéresse, je vous laisse le lien ci-dessous pour vous présenter le programme et vous inviter à prendre des places rapidement comme Laure Adler a présenté la lecture lors de son émission L’Heure bleue sur France Inter mardi 7 pour une spéciale Afghanistan."

Pour mémoire, dans le numéro 66 de Diérèse (décembre 2012), Laurent Dessart a effectué des traductions inédites de poésie féminine afghane (en pashtou), présentées et calligraphiées par ses soins, de belle manière (pages 117 à 132). Voici :

1) O bazar de Peshawar !, deviens [un champ de] fleur[-s] !
    Mon aimé, en toi, passe nuits et jours

2) Que Dieu fasse fleur des berges de la rivière ! 
    Sous prétexte d'aller chercher de l'eau, je viendrais à toi pour te humer

3) Par-dessus toutes les fleurs, je suis belle
    N'apporte pas de bouquet, mon amour !

4) Je construirai une maison au milieu d'un désert inhospitalier
    Comment la séparation trouverait-elle le chemin de la lande sauvage ?

5) Comme la fleur de tournesol tu es penchée [de côté]
  Avant que tu ne te redresses, avant que tu ne te reprennes vers moi, la moitié du jour sera écoulée

6) Arrête les études et les écritures ! N'avance plus !
    Les peines de cœur de l'aimée enflent indéfiniment

7) Le rosier qui a été taillé repart de plus belle
    Le cœur qui a été blessé se meurt toute sa vie durant

8) Les fleurs naissent et sortent de terre
 Mon bien-aimé, suprêmement délicat, pénètre [les profondeurs de] la terre

9) Ne cachez pas ma tombe, eh !, vous les gens !
   Comme ça, si une connaissance vient, je pourrai lui jeter un dernier regard

10) Laylâ enivrée se promène dans le jardin
     Dépourvue de voile elle dissimule sa face avec des feuilles

11) Ne dis pas à Kaboul : "Sois détruite !"
      A Kaboul sont venues des fleurs de tous les pays

12) La jarre sur la tête et la fleur à la main
      Debout et immobile, j'attends ta venue

13) Kaboul n'est-il pas le siège d'un empire ?
      Mon amant habite à Kaboul, qu'il soit empereur ! *

14) Mon ami dort au milieu des fleurs
   Moi je ferai pleuvoir la rosée de belles bouches (aux) blanches (dents)

15) Qu'au sommet de la montagne le dragon te dévore !
 Je ferai monter vers toi des files et des files de guérisseurs

16) L'aimé ne se saisit pas de la rose dans ma main
     Je lui envoie les étoiles du ciel en assemblée !


traduction et notes de Laurent Dessart

________

* Défi iconoclaste au principe de la royauté pour la gloire de l'amant, tout comme, dans le premier poème, il était demandé au bazar de Peshawar que pour le même, il se couvre de fleurs.

Le fond réfléchi

Tout en haut un rayon frappe la lucarne
et de l'écran bleu translucide
la ville au nom d'énigme et de philtre
s'irise selon l'heure

           sous les ombrages le murmure
           des mimosas
raye l'abîme cristallin
d'un paysage à l'autre

les paravents du temps
se sont défaits
         en gestes vains
le Vent du vent par qui
les mains flottent s'étirent
anime
la voix d'une passante
au cœur des transparences


Le silence traversé
enchante l'esprit messager
sanctuaire de la lenteur
la pensée allant s'atténuant
sous le sable
de ce siècle
prophétiseur d'orages
dans un vide qui redonnerait vie
au fleuve blond à ses lèvres
flammées d'or
de nacre et de pierreries
à sa chevelure éparse
où refleurit sans cesse
ce qui n'a pas de nom


Daniel Martinez