241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2020

Report de parution de Diérèse 78

Bonjour à toutes et à tous,

En attendant l'annonce du confinement total de Paris (sur la base des prévisions alarmistes du directeur de l'hôpital X*, avec 30 millions de contaminations en vue dans l'Hexagone), j'ai le regret de vous annoncer que la parution de Diérèse 78 est différée, l'imprimerie où la maquette de la revue a été envoyée, contrainte de fermer ses portes jusqu'à nouvel ordre.

Le blog fonctionnera régulièrement pendant cette période de flottement institutionnel. N'hésitez pas à me lire, au quotidien, votre fidélité m'est précieuse, à plus d'un titre...

A tout bientôt, amitiés partagées, Daniel Martinez

15/03/2020

"Gratitude augurale", de Pierre Dhainaut, éd. Le loup dans la véranda, 4 avril 2015, 24 pages.

La douleur l'anime ou la joie, qu'importe, chaque poème réclame la forme qui lui convient, qu'importe également qu'elle soit brève ou non : chaque fois le poème t'avertit que tu t'en approches, il s'aère, il devine avant toi que la poésie le visitera.

 

Une fécondation réciproque, une amplification, ce qui délivre de l'étreinte des mots et du poème, tu éviteras de le nommer : farouche, il fuirait. Ce nom de "poésie", toute une vie ne sera pas de trop pour renoncer à le définir, pour laisser le passage à la voix qui nous porte en plein vent.

 

Il régénère le langage, il nous régénère : à son influence bienfaisante nous reconnaissons un poème. Et tant pis - ou tant mieux - si nous sommes incapables de le prouver. Aucun raisonnement n'expliquera la nature des rapports entre notre être et le langage : pour le poème qui ne divise pas, qui ne hiérarchise pas, ils sont consubstantiels. L'être ne loge ni au tréfonds du langage ni en nous-mêmes, il advient. Il advient par la grâce du poème. Ses mots ne sont pas des signes qui ne serviraient qu'à restituer une expérience ou à exprimer une vérité établie, des signes, des ombres, ils ne sont que s'ils engendrent le poème qui les réengendre. Que vive le poème, il sera semblable à cet enfant que nous mettons au monde, il nous communiquera sa vivacité.

 

N'aborde pas sans crainte un poème. L'élan qu'il ébranle, déjà tu t'y ajoutes, tu t'obstines à le gouverner, tu le brises. As-tu progressé dans le désintéressement ? Cette question ne concerne pas seulement l'écriture et la lecture des poèmes. Elles sont inutiles si nous reproduisons nos conduites distraites, autoritaires.



Pierre Dhainaut

16:46 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

14/03/2020

Jean-Claude Pirotte, en ses oeuvres...

PIROTTE  31.jpg

     Souffle de l'eau souffle du vent
     sur l'eau de notre humanité souffrante
     sous le nectar des syllabes
     et des mots pour soulever le monde
     l'ancien corps aux confins des feuillages
     avec les poussées des nuages
     dans le peu d'épaisseur de la durée
     le front mouillé de sueur fine
     contre ce dehors la grive au toit
     murmure cent façons d'être
     et de se retirer

 

     Souffle des mains courbure des ans
     toujours les transes et les combats
     de notre empire fragmentaire
     comme un soir d'été où les abeilles vont
     en essaim conforter notre soif de survie
     souffle inquiet des ultimes entités
     une seule larme sur l'index de Diane
     le temps d'un battement de cœur paraît
     château de l'âme mise à mal

 

     Souffle de la lampe qui t'éclaire
     engrange le temps et calme le jeu
     de cette vie à vau-l'eau
     l'air chante au centre de ta chair
     sur ton carnet d'émotions
     prend le chemin à rebours
     des somptueux galions d'hier encore
     veines d'opale gradins de l'horizon proche
     par la brèche qu'il garde libre
     d'aller et venir au regard
     de notre science désarmée

 

Daniel Martinez
14/3/2020

20:41 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)