241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2021

Poésie brésilienne : Marcos António Siscar, "O roubo do silêncio", 2006

Marcos António Siscar est né à Borborem (État de São Paulo), en 1964. Il est professeur de Théorie de la littérature à l’université de São Paulo. Il a séjourné à Paris de 1988 à 1992, date à laquelle il a soutenu un DEA à l’université de Paris 8. En 1995, il a présenté une thèse doctorale en Littérature Française, sur l’œuvre de Jacques Derrida.
Traducteur, entre autres, de Tristan Corbière, Michel Deguy, Jacques Derrida, Jacques Roubaud, Marcos Siscar a publié plusieurs recueils de poésie au Brésil et participé à l’anthologie 18 poètes portugais + 1, aux éditions Michel Chandeigne. Il est responsable de la Revista de Letras (revue de l’université de São Paulo), et l’un des éditeurs de la revue luso-brésilienne Inimigo Rumor. Son premier livre a été publié chez L'Harmattan en 1998 : Jacques Derrida : Rhéthorique et philosophie, suivi par Não se diz (Rio de Janeiro, 1999), Metade da arte : 1991-2002 (2003), O roubo do silêncio (Ed. 7 Letras, 2006), Interior via Satélite (2010), Manual de flutuação para amadores (2015). Son dernier titre : Isto não é um documentário (août 2020).
Les proses poétiques qui suivent ont été traduites pour la première fois par Raymond Bozier et l'auteur in Diérèse 36 ; ils sont extraits de 
O roubo do silêncio, Le rapt du silence, opus accueilli ensuite par les éditions Le Temps qu'il fait. Un titre pour le moins prémonitoire, au regard du nombre de ses livres que l'on peut lire en français. Voici :


Poésie en chemin


Si juste un instant juste de la pointe d'un fil tu te rappelais tu mettais au moins sous les yeux la cérémonie sans retour le visage qu'on ne refuse si tu te voyais maintenant en s'écoulant en se laissant si tu sentais au moins l'enflure des mots signifiant sans savoir l'inflation des corps convergeant vers leur arrêt si tu ne t'attachais pas à la supposition convaincue de prothèses de conjonctions d'appuis pour le cœur de tubes pour le puits sombre des artères de liquides bleus pour les cellules si juste un instant tu mourrais combien d'amour te rendrait insensible combien de faits te rejoindraient de poésie te ferait être contre tes désirs des faits de communauté de communion contre tes échantillons de douleur et de peur de force et de secret et cependant pour le moment dans ce bout de la rue juste un coin de rue ces larges enjambées répétées ces lieux réitérés pour la recomposition du temps de la narrative en renouvelant des fantasmes en créant des soupçons la trame l'attente l'espoir l'ajournement le rêve du corps immobile comme une machine belle et inutile sur les décombres de poussière ou la goutte argentée de sueur descendant de tes narines.


Diptyque du silence

1

J'aime ton silence, la façon dont tu te tais. Te voilà, pâle, assise contre la paroi. Je protège avec inquiétude la bougie, fragile, de l'intempérie insoupçonnable d'être aimée. Je préfère ne pas dire que je t'aime, la jouissance lente du regard nous suffit. Je n'ai pas non plus besoin d'écrire ton nom. Ce qui n'a pas été dit peut-il être oublié ? Pour que le verbe existe, au début, il a fallu du silence dans la chair. Puis, la parole naissante, lui a donné des limites, a inauguré le vers et composé l'histoire avec de l’interruption. Je ne sais pas pourquoi j'ai besoin de te dire tout ça.

2

J'ai été interdit de silence. Je connais bien ce qui fait mal. Je lis sur chaque partie de mon corps l'histoire d'une humiliation. Quand on mâche le bâillon, il n'y a que le corps qui médite, mélancolique, volontariste, hors de ses gonds, en deçà ou au-delà de ce dont il s'agit. Le corps ne se tait pas, il fait du témoignage volontaire. Ce qui n'a pas été dit peut-il être oublié ? Seul ce qu'on ne dit pas mérite d'être dit. Le verbe s'est fait chair par le silence. Mes mains font les gestes d'un paysan, dont la féroce agriculture m'apporte la promesse de l'oubli.

(à Jaime Ginzburg)

Marcos António Siscar

04/09/2021

"Poésies" de J.W. Gœthe, traduit par Gérard de Nerval, enté de 4 lithographies de François Rouan, éditions La Délirante, 23 mars 1994, 48 pages

Ma déesse


   Laquelle doit-on désirer le plus entre toutes les filles du ciel ? Je laisse à chacun son opinion ; mais je préférerai, moi, cette fille chérie de Dieu, éternellement mobile et toujours nouvelle, l'Imagination.
   Car il l'a douée de tous les caprices joyeux qu'il s'était réservés à lui seul, et la folle déesse fait aussi ses délices.
   Soit qu'elle aille, couronnée de roses, un spectre de lis à la main, errer dans les plaines fleuries, commander aux papillons, et, comme l'abeille, s'abreuver de rosée dans le calice des fleurs ;
   Soit qu'elle aille, toute échevelée et le regard sombre, s'agiter dans les vents à l'entour des rochers, puis se montrer aux hommes teinte des couleurs du matin et du soir, changeante comme les regards de la lune ;
   Remercions tous notre père du ciel, qui nous donna pour compagne, à nous pauvres humains, cette belle, cette impérissable amie !
   Car il l'a unie à nous seuls par des nœuds divins, et lui a ordonné d'être notre épouse fidèle dans la joie comme dans la peine, et de ne nous quitter jamais.   
   Toutes les autres misérables espèces qui habitent cette terre vivante et féconde errent au hasard, cherchant leur nourriture au travers des plaisirs grossiers et des douleurs amères d'une existence bornée, et courbées sans cesse sous le joug du besoin.
   Mais, nous, il nous a accordé sa fille bien-aimée; réjouissons-nous ! et traitons-la comme une maîtresse chérie; qu'elle occupe la place de la dame de la maison.  
   Et que la sagesse, cette vieille marâtre, se garde bien de l'offenser.
   Je connais sa sœur aussi : moins jeune, plus posée, elle est ma paisible amie. Oh ! puisse-t-elle ne jamais me quitter avant que ma vie s'éteigne, celle qui fit si longtemps mon bonheur et ma consolation : l'Espérance !


Johann Wolfgang von Gœthe

traduit par Gérard de Nerval

Neiges

    A petits pas de velours
     en terres allodiales
     là où s'animent les neiges
     de langue à langue
               sensibles soient-elles
     à ce qui nous est présent
     où le blanc comme un rappel
     de la plasticité du jour qui respire
     sous les cristaux décomposés

     de nos vies
               où êtres et choses

     ensemble inconciliés
     enluminent l'enracinement des étoiles
     dispersées comme sous l'effet d'un jet
     depuis la chambre poreuse du cœur
     pulse la rotondité d'un monde
     qui circule en nous
     perpétuellement délébile
     avec le pouls
     d'aucun dernier pays connu
               sortilège
     d'un royaume contemplatif
     pâle comme un astrologue
     échographe des tourments
               d'un univers intérieur
               frappé de silence
     la vérité scintille
     tout autour d'une boule lente
     dedans la gorge emprisonnée
     prête à éclore quand surgira l'instant
     que nulle durée
     ne saura rendre plus intense


Daniel Martinez

NEIGE.png

Crevasse dans l'ascension de la Barre des Écrins, face nord, août 1982
photo de Daniel Martinez