241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2017

Gabriel Zimmermann sera des nôtres in Diérèse 71

      I.

      Le lierre a recouvert la pierre

      Ici autrefois je jouais

      C’était lieu pour l’aventure,

      Il suffisait d’une ombre

      Sur la roche, aussitôt les rires

      Couraient avec les pas

 

      Maintenant, mes yeux fouillent...


Gabriel Zimmermann

 

04/07/2017

"Féminaire", de Bruno Sourdin, débutera par :

rougies

lèvres de nuages hurlés

aux arbres de soleil suçant tes branches

dénude agite tendrement t’ouvre te soulève

de fracas en mascaret là en haut des cuisses

bijou aux cris de louve

ouvre-moi lente

étrave


Bruno Sourdin

03/07/2017

"Le Cygne", de Jacques Merckx, en avant-première :

... Belle avait ses habitudes à la brasserie du Cygne, avec son grand frère et ses parents qui venaient manger après le travail un plat de pâtes ou une assiette de viande persillée. Belle s'asseyait près de la fenêtre et, pendant que les autres choisissaient leur plat sur la carte, elle regardait en direction du square. Elle savait que Landry et Isi l'attendaient devant la vieille glycine toute délavée qui vivotait contre le mur du bar à alcools. Dis-donc, ma belle, tu le verras tantôt ton Roméo... Le père de Belle la taquinait, non sans vigueur ; parfois il lui prenait le bras et disait qu'elle devait consacrer à son père un morceau de son temps. Oui murmurait Belle. Laisse-la donc, ta fille, tu vas la rendre malade. La mère de Belle était du côté de sa fille ; elle savait, pour l'avoir été, ce que c'était d'être amoureuse. Léo était néanmoins un brave homme. C'était un gars costaud, aux longs cheveux bouclés; il portait souvent un chapeau de feutre penché en arrière; il savait jouer de l'accordéon et chantait aux fêtes et aux réunions de famille. Mais il avait ses principes et aimait sa fille ; il voulait aussi la protéger...


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Jacques Merckx