241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2020

"Carnet de Corée", d'Eric Chassefière, éditions Encres Vives, octobre 2014, 6,10 €

Journée commencée sous la pluie
au temple de Beomosa
perdu sur les hauteurs d'une colline
dont l'îlot de forêt dense
se dresse au milieu de la ville
pas d'office ici chacun prie en silence
devant la statue de Bouddha
encadré des deux bodhisattva
qui rappellent qu'avant d'accéder à l’Éveil
le sage doit ouvrir le chemin à d'autres
on prie non pas un dieu mais l'homme
on prie pour s'élever soi-même
et à travers soi élever les autres
dans ces pavillons multicolores
occupant le flanc de la montagne
et le vrai temple est cette montagne
la vraie vie le cours de ce petit torrent
qu'on entend rouler en contrebas
le vrai toit la ligne de crête
aujourd'hui cachée par les nuages
de cette forêt où c'est encore la nuit
comme dans mes rêves d'enfant
ces paysages de bois et de collines
apparus au détour d'une rue
quelque part au centre ville
et qui semblaient s'ouvrir vers l'intérieur
me conviant à une traversée du miroir
la montagne enveloppée de brume
est ici pareille à l'intérieur d'un temple
au milieu de la cité grouillante
il faut pour y entrer s'effacer de sa vie

Pusan


Eric Chassefière

BEOMOSA BLOG.jpg

10:55 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2020

L'expérience poétique pour Herberto Hélder

BLOG MOISAN.jpg

Le concept célèbre, célébrissime, que le poème est un objet, ce concept s'est établi sur un terrain mobile, mouvant ; objets, oui, mais comme des parements, des ornements et des instruments : les masques, les tissus, les peaux et les planches peintes, les bâtons, les plumes, les armes, les pierres magiques. Le poème est un objet chargé de pouvoirs magnifiques, terribles ; laissé au bon endroit, au bon moment, selon la bonne règle, il provoque un désordre et un ordre qui situent le monde en un point extrême : là où le monde finit et débute.


Herberto Hélder

02:34 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

12/11/2020

"Pluriel d'alliance", de Pierre Dhainaut, éditions L'Arrière-Pays, mai 2005, 72 pages, 12 €

Faire advenir le poème en sa nécessité singulière et ne rien lui greffer d'extérieur, dans un premier temps les poètes n'ont pas d'autre visée, ils renoncent aux ambitions personnelles, ils se dévouent. Mais certains vont plus loin : pour ne pas trahir la vocation du poème, ils rejettent tout ce qui pendant des siècles lui a servi de prétexte et l'a dérobée, l'expression de la plainte ou de la joie, la narration, la description, la liste est interminable de ces rejets. Que serait l'acte de poésie s'il se freinait, s'il n'allait pas vers les extrêmes ? Mais ce faisant il ne prend garde à ce qui le menace, la clôture, l'autarcie, la réduction à soi, la crispation sur soi. Si la poésie est bien, comme on l'a dit, le sujet du poème, ce ne sera pas en rejetant, ce ne sera que de surcroît. Le poème est cette parole moins soucieuse de sa nature, de sa pureté, que de l'élan qui la déploie, dont elle entretient l'origine.

 

Ils ne cherchaient ni à posséder ni à se valoriser, les peintres de l'ancienne Chine qui signaient des pierres. Des musiciens signeraient le bruit d'une cascade ou son écho, sans prendre la peine de les fixer. Ceux qui n'ont que des mots, que pourraient-ils ainsi mettre en écoute, mettre en lumière ? Qu'ils les aiment, qu'ils les servent, et les mots seront tellement plus que des mots.

 

On veut d'abord voler le feu, alors que l'entretenir, en hériter pour le transmettre, est l’œuvre de toute une vie.

 

Ne nous demandons pas si l'autre - une personne, un groupe - est indifférent ou hostile, n'essayons pas de l'amener vers nous par la ruse ou par l'autorité. Offrons la voix : le fait même de parler nous interdit de rester sur nos gardes, nous dévoile, nous expose au risque, à la joie de l'échange.

 

Tu aurais accompagné vraiment un poème, tu ne craindrais pas que que les ondes s'épuisent ou que les vagues se brisent sur les berges, sur les digues.


Pierre Dhainaut

 

mathiau blog.jpg

06:44 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)