241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2020

Hommage à Sandro Penna (1906-1976)

Né à Pérugia, il a vécu à Rome jusqu'à sa mort et fut considéré par Pasolini comme l'un des plus grands poètes italiens du vingtième siècle. Proche d'Umberto Saba, sa poésie demeure étrangère au courant hermétique. On citera de lui deux de ses livres traduits en français, ses Poésies (trad. Dominique Fernandez, éd. Grasset, 1999) et Une étrange joie de vivre (trad. de Jean-Noël Schifano et Dominique Fernandez, éd. Fata Morgana, 1979).
Des poèmes inédits de Sandro Penna ont également été traduits in Diérèse. Son traducteur fut : Laurent Chevalier qui nous a quittés (un hommage lui a été rendu in Diérèse 62).

 *

La vie c'est se souvenir d'un réveil
triste d'un train à l'aube, avoir vu
au loin la lumière diffuse : avoir senti
dans son corps rompu la pure
mélancolie de l'air piquant et âpre.

Mais se souvenir de la délivrance
soudaine est plus doux : un jeune matelot
près de moi : l'horizon
c'est le blanc de son uniforme. M'est étrangère
une mer toute fraîche de couleurs.

 * *

C'était l'aube sur les collines, et les animaux
rendaient à la terre les yeux clairs.
Je retournais à la maison de ma mère.
Le train brinquebalait mes bâillements
enfantins. Et le vent frais soufflait sur l'herbe.

Si haut et troublé, le paradis
le paradis de ma vie n'avait pas encore
changé. Mais l'hôte, confus à la terre, neuf,
cherchait déjà l'amour, agenouillé.

La prière se mêlait dans la maison fermée
à l'odeur des livres de classe.
Les cris joyeux des oiseaux flottaient le soir
dans mon ciel angoissé.

* *

Ils m'ont battu. A toi seul, enfant
Je saurais dire que rien, rien n'importe.

Mais je le dis à un reflet de lumière
qui me poursuit, me poursuit dans l'eau morte.

* *

Les portes du monde ne savent pas
qu'ailleurs la pluie les cherche.
Les cherche. Les cherche. Patiemment
la pluie se perd, elle revient. La lumière
ne sait rien de la pluie. La pluie
ne sait rien de la lumière. Les portes,
les portes du monde sont fermées :
clouées à la pluie,
clouées à la lumière.

* *


Les pins solitaires le long de la mer
abandonnée ne savent rien de mon amour.
Le vent les réveille, la pluie
c'est doucement un baiser, le grondement
lointain le sommeil.
Mais les pins solitaires ne sauront jamais rien
de mon amour, jamais rien de ma joie.

Amour de la terre, joie sereine,
démesurée. Oh tu nous portes
Loin ! Jamais
les pins solitaires ne verront
- la pluie les caresse, le soleil les endort -
ma mort danser avec l'amour.

* *


Automne

Le vent t'a renvoyé un écho limpide
- touchant les sens - des choses que tu as vues
- confuses - durant le jour. Le soleil a paru
tu ne sais te défendre : un chrysanthème
un lac frissonnant et un mince alignement
d'arbres jaunes et verts sous le soleil.

Sandro Penna

trad. Laurent Chevalier

24/10/2020

37e édition des Assises de la traduction littéraire : 6 au 8 novembre, à Arles

Malgré le couvre-feu qui entre en vigueur à Arles à partir de ce samedi 24 octobre, la 37e édition des Assises de la traduction littéraire est maintenue à l'exception de quelques événements. A l'adresse suivante : espace Van Gogh, place Maurice Rey, 13200 Arles.

Pour accompagner les nourritures de l'esprit, des restaurants vous resteront accessibles, qui seront ravis de vous accueillir les 6, 7, 8 novembre prochains, pour dîner à l'heure anglaise.

ATLAS soutient, transmet, fait connaître la traduction littéraire par l’organisation de manifestations, de formations et par l'accueil en résidence au CITL d'Arles de traducteurs venus du monde entier.

Bon week-end à toutes et à tous,…

ARLES BLOG.jpg

Chemin faisant

Nappe liquide en aval
d'autres terres naissantes

et bleu de foudre
traversant l'image
avec une lenteur inaccoutumée
elle s'ouvre
dans la splendeur
de cette ville de ton enfance

c'était si beau c'était ici
et comme ailleurs
un peu comme à l'orée du monde
en attente
en préparation
un qui-vive sans autre objet
que d'entrer dans la mémoire
de notre monde labile
de glisser depuis le grand pavois
sur la surface lisse d'un lac
dont on voit pas le fond
ni l'eau même
pas une feuille ne frissonne
pas une brindille ne craque
Tout est là rien ne se dit
Quel calme !
et toi qui cours
qui cours derrière la porte verte
dans l'univers suspendu
avec la flèche de Zénon
qui vole
et ne vole pas
retiens ton souffle
dans la nature stupéfaite
c'était si beau c'était ici


Daniel Martinez