241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2019

Alain Faure sera des nôtres in Diérèse 77

Champs métamorphiques.

Quatre caravanes bleutées se voilèrent à l'horizon dans un ciel d’aurore des temps.
Rosée.
C'était l’aurore d’un temps,
Bien avant le temps des aurores.
L'un était-il Il ?
L'autre était Autre.
En ces temps, les mots se servaient.
En ces temps, les mots se servaient
de clefs et les syllabes se râlaient
gutturales.
Puis ils rencontrèrent ceux qui
parlaient La Langue.
Langue secrète aux faces de géants ;
ils se disaient Eux, nom pour eux.
Mot pour ne pas dire.
L’ayant apprise en un éclair de temps,
Il et Autre se lièrent,
Puis leurs mots se fermèrent,
puis leurs livres s’assombrirent...


Alain Faure

GUEZ 1.jpg

Christian Gabrielle Guez Ricord

En exergue du numéro 77

 "La poésie naît de l’échec de la prose à tout dire" :

Dominique Grandmont

 

G.jpg

          La nuit s’est retirée sans rien prescrire
          comme un charroi dont s’est éteint l’écho.

          Le soleil monte effleurer les coteaux
          avec ses mains de matinée timide.


          Le vent court comme un fou le long du bois
          parmi les papillons qu’il laisse en berne.

          L’oiseau qui s’est envolé de guingois
          heurte un nuage au détour des luzernes.


          Ainsi le jour se réveille et s’affaire
          avec l’entrain des grands velléitaires
          à rétrécir les ombres qu’il déploie.


Jean Grosjean

Éric Barbier sera des nôtres in Diérèse 77

Oiseaux de passage

 

Voilà un héritage de son père cette petite maison aux volets rouges et aux murs blanchis à la chaux où il revient pour de courts séjours de brèves vacances d’ailleurs la ville semble se rapprocher chaque année davantage mais aussi voilà l’automne et trop vite l’hiver reprendra ce village. Là descendu de sa voiture pour en ouvrir le portail comme à chaque fois après tant d’années quand même il en examine l’ensemble portes et volets sont normalement fermés la végétation partout progresse l’intrigue alors cette agréable odeur de feu de bois cette honnête fumée qui s’échappe d’une cheminée qu’il serait prudent de faire ramoner. En s’approchant de la porte il peut entendre deux personnes, un homme et une femme sûrement, converser dans un dialecte dont il sait l’usage presque entièrement perdu. De nos jours...

 

Éric Barbier