241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2016

"Plusieurs vols d'étourneaux", de Bertrand Degott aux éd. Les Deux-Siciles

DEGOTT 1.jpg

 

DEGOTT 2.jpg

Bertrand Degott

 

A l'enseigne des Deux-Siciles, a paru il y a juste treize ans (en juin 2003) Plusieurs vols d'étourneaux, de Bertrand Degott. Un livre imprimé par mes soins à 40 exemplaires, dont voici deux pages entre toutes.
Après la publication chez Gallimard de Éboulements et taillis (1996) et Le Vent dans la brèche (1998) ; avant Battant (La Table ronde, 2006), À chaque pas (L’Arrière-Pays, 2008) — et une « mise en vers français » des Sonnets de Shakespeare (La Table ronde, 2007). E la nave va... comme l'écrivait Guiseppe Ungaretti.

26/08/2016

** Deux petites merveilles **, éditées par Claire Paulhan

Valéry Larbaud au travail

 

Voici deux petites merveilles comme sait en faire Claire Paulhan. A la fois des documents précieux pour l'histoire littéraire du XXe siècle, dans des éditions scrupuleusement présentées et annotées (ici le travail de Françoise Lioure est d'une acuité et d'une précision remarquables), et des objets d'une grande beauté, nourris de photographies rares, de reproductions de couvertures de livres, de pages manuscrites...

. Objets souvent particulièrement émouvants, comme ces Notes pour servir à ma biographie, de Valéry Larbaud, publiées dans leur intégralité pour la première fois, avec le fac-similé du manuscrit, dans sa transcription.

Ce bref exercice auquel s'est livré Larbaud en réponse à une question de Maurice Martin du Gard, alors directeur des Nouvelles littéraires - "J'aimerais connaître en détail une de vos journées de travail" -, est une radicale déclaration d'amour à la création. Larbaud a envoyé à Martin du Gard, en septembre 1928, de Ligurie où il séjournait, le petit carnet de notes que l'on peut lire aujourd'hui. Il ne fait pas vraiment le récit d'une journée de travail, ce qui, au fond, ne veut rien dire pour un écrivain, mais évoque ce qu'est une vie dédiée au travail littéraire.. "Je n'ai pas réellement de "vacances", de "congé". Mes vacances, mes "arrêts" sont déterminés, en général, par l'épuisement nerveux, ou une maladie, ou un long trajet, ou l'installation dans une ville où je passerai quelque temps."

On ne saurait trop recommander cette lecture à tous ceux qui pensent qu'on "fait" des livres. Pour un écrivain véritable, "le travail est constant". "Il se poursuit à travers toutes les circonstances et les incidents de la vie quotidienne."

. Si ce texte est un bonheur, la Correspondance avec Jacques Rivière est une mine, pour comprendre les relations entre un directeur de revue - la NRF - et un auteur, qui doit âprement défendre ses idées et son travail ; pour saisir l"atmosphère littéraire de ce début de XXe siècle, les passions, les goûts, les découvertes.

Ceux qui aiment Joyce, que Rivière ne comprenait pas et que Larbaud traduisait, peuvent aller directement en 1921 et lire ceci : "Il y a dans la littérature anglaise nouvelle un seul grand écrivain : James Joyce. Une fois Ulysse publié (cet hiver), Joyce sera l'écrivain le plus célèbre du monde (...). Une belle occasion perdue pour la NRF."

                                                                    Josiane Savigneau

. Notes pour servir à ma biographie, An Uneventful One, de Valéry Larbaud. Notes et postface par Françoise Lioure, éditions Claire Paulhan, 20 €

. Correspondance 1912-1924, Le Bénédictin et l'Homme de barre, de Valéry Larbaud et Jacques Rivière. Edition établie, présentée et annotée par Françoise Lioure, éditions Claire Paulhan, 272 p., 30 €

13/05/2016

"Et moi aussi je suis peintre", de Guillaume Apollinaire, aux éditions Le Temps qu'il fait

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il a fallu attendre avril 2006 pour que les éditions Le Temps qu'il fait publient le second des trois recueils de qualité peints et écrits par Guillaume Apollinaire, jamais édités de son vivant, soit : Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée (1911), Et moi aussi je suis peintre (1914), un ensemble d’"idéogrammes lyriques et coloriés " ; enfin, une plaquette : Vitam impendere amori (1917). Pour on ne sait quelle obscure raison, l’ensemble des idéogrammes est ignoré du public. On ne les trouvera pas reproduits dans les Œuvres complètes de chez A. Balland et J. Lecat, ni dans les volumes de la Bibliothèque de la Pléiade, tout se passant comme s’ils ne méritaient pas qu’on les tire de l’oubli.

C'est en août 1914 qu'Apollinaire, influencé par le futurisme et le cubisme, lance une souscription pour faire paraître, à tirage limité, un livre d'artiste intitulé Et moi aussi je suis peintre. Cette publication originale aurait dû inaugurer les activités éditoriales des Soirées de Paris, revue dont le poète avait pris la direction quelques mois plus tôt.  A quand la publication des deux autres recueils idéogrammatiques ? Sans avoir pour autant le nez tourné à la friandise, cette demande pourrait s'adresser en priorité à la petite édition...