241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2017

Eloge de la petite édition, opus 3

L'édition tend à se concentrer en vastes conglomérats rassemblant maisons d'édition et journaux. Ces conglomérats deviennent eux-mêmes la propriété de groupes industriels qui n'ont rien à voir avec la littérature. D'où une production orientée vers une rentabilité rapide, une puissance écrasante de distribution et de promotion, et de permanents conflits d'intérêts : les journalistes chargés d'orienter les choix littéraires des lecteurs sont salariés par des producteurs de livres.

L'indispensable survie des petites maisons indépendantes ne sera possible que si les pouvoirs publics considèrent sérieusement la culture comme une exception aux règles du libéralisme, non seulement en s'opposant à certains regroupements, mais en assurant la véritable autonomie, politique, économique et culturelle, des CRL et du CNL.

Il en va ainsi de la responsabilité de tous ceux qui interviennent dans la diffusion du livre, afin que le public des petits éditeurs ne se limite pas aux curieux, aux amateurs éclairés. Les libraires qui tentent de soutenir ces maisons ont eux-mêmes besoin d'appuis.

Un journaliste devrait mettre un point d'honneur à ne pas se faire l'auxiliaire d'opérations publicitaires, ni, sous prétexte d'"événement", à se précipiter au secours des vainqueurs. Les membres des jurys des prix littéraires, au lieu d'accorder les plus rémunérateurs aux plus riches (qui ont, il est vrai, quelques moyens de manipuler ces jurys), devraient avoir à cœur de couronner des ouvrages publiés par de petites maisons.

                                                                        Pierre Jourde

09:36 Publié dans Editions | Lien permanent | Commentaires (0)

12/01/2017

Les éditions Quaderni di orfeo (Italie)

C’est en 2003 que furent créées les éditions Quaderni di Orfeo, de Roberto Dossi, avec un catalogue qui compte à ce jour plus de 120 titres : beaucoup de poésie, mais toujours accompagnée de gravures, d’œuvres originales, et aussi quelques authentiques livres d’artistes (réalisés à partir du projet d’un artiste, et avec sa collaboration personnelle).

 

Nos livres sont toujours imprimés sur une presse typographique mécanique : chaque feuille de chaque livre est imprimée une à une. Cette méthode nous permet de juger de la qualité du travail pendant toute la durée de l’impression. Notons que cette manière de travailler, si elle est plutôt lente, est tout à fait adaptée à des tirages limités.

 

Passionné depuis toujours par certains auteurs et poètes peu connus et peu diffusés en Italie, imaginez quelle a été ma surprise lorsque je suis tombé sur un poème inédit de Thierry Metz paru dans la revue Diérèse (n°52/53 – printemps 2011) dont le titre portait (à un pluriel près) le nom de nos éditions : son fameux « Carnet d’Orphée » (en italien : « Quaderno di Orfeo ») ! J’aime sans réserve ce poète, dont j’avais déjà lu le « Journal d’un manœuvre », les « Lettres à la bien-aimée » et quelques autres poèmes.

 

Après avoir contacté Daniel Martinez, de la revue Diérèse, et Françoise Metz, veuve du poète, pour leur demander l’autorisation de publier ce livre en italien, je me suis alors consacré à la traduction du « Carnet d'Orphée », dans sa version italienne. Elle a été finalement imprimée en octobre 2012, à 77 exemplaires numérotés et signés par l’artiste Piermario Dorigatti, qui a accompagné cette prose poétique de quatre linogravures originales.

 

C’est après avoir pris contact avec Isabelle Lévesque, poète publiée par Diérèse, qu’elle est entrée dans notre catalogue, avec « Neve ». Un livre d’artiste composé à partir de clichés originaux du photographe Raffaele Bonuomo, choisis pour accompagner l’un de ses poèmes, intitulé : "C’est tout, c'est blanc".

 

Parmi les auteurs français (ou ayant écrit en français) publiés par les « Quaderni di Orfeo » on compte aussi : Henri de Régnier, René Char, Yves Bonnefoy, Rainer Maria Rilke, Kenneth White et Philippe Jaccottet. De ce dernier nous avons déjà publié deux livres, et une troisième publication est actuellement sous presse : une prose poétique inédite (en France aussi), à partir d’une typographie composée à la main avec des caractères de plomb, comme la plupart des livres que nous avons édités.   
                                         

                                                                         Marco Rota

                                                                                                

Site Internet de l’éditeur : www.quadernidiorfeo.it

 

Principaux titres du catalogue des éditions Quaderni di Orfeo :

 

·         Rainer Maria Rilke, Le rose, avec un gravure de Luciano Ragozzino 

·         René Char, In trentatré frammenti, avec un bois gravé de Paolo Cabrini 

·         Kenneth White, Frammenti da un giornale di bordo, avec une œuvre originale de Oliana Spazzoli 

·         Roberto Dossi, Polsi. Per Thierry Metz, avec cinq pointe-sèches et une linogravure de l’auteur

·         Philippe Jaccottet, La linaria, avec une gravure de Loredana Müller 

·         Yves Bonnefoy, La bellezza, avec une œuvre originale de Teresa Maresca 

·         Thierry Metz, Quaderno di Orfeo, avec quatre linogravures de Piermario Dorigatti 

·         Philippe Jaccottet, Colline a San Donnino, avec trois gravures de Bruno Biffi

·         Luciano Erba, Già che vai di là, avec une œuvre originale de Pierantonio Verga 

·         Fabio Pusterla, Uomo dell’alba, avec trois linogravures de Luciano Ragozzino 

·         Philippe Jaccottet, Nuvole, avec des œuvres originales de Paola Fonticoli 

·         Henri de Régnier, Maschere, avec deux eaux-fortes de Giancarlo Vitali 

·         Kenneth White, Scene da un mondo fluttuante, avec quinze linogravures de Roberto Dossi 

  

Quelques livres d’artistes :

 

·         Raffaele Bonuomo, Neve, dix photographies originales accompagnées d’un poème d’Isabelle Lévesque 

·         Mauro Staccioli, Intervento, textes, œuvres graphiques et une sculpture de l’auteur 

·         Gianfranco Pardi, Breviario, poèmes  et œuvres graphiques de l’auteur 

·         Simona Uberto, Dove?, textes, œuvres graphiques et une sculpture de l’auteur 

·         Emilio Isgrò, Ho cancellato l’incancellabile, textes et œuvres graphiques de l’auteur 

·         Azuma Kenjiro, La forma del vuoto, œuvres originales de l’auteur 

·         Walter Valentini, Altare / Cieloterra, avec deux œuvres graphiques  de l’auteur

 

http://www.quadernidiorfeo.it/le-collane/quaderni-pagina-7/67-neve/

 

10:34 Publié dans Editions | Lien permanent | Commentaires (0)

26/08/2016

** Deux petites merveilles **, éditées par Claire Paulhan

Valéry Larbaud au travail

 

Voici deux petites merveilles comme sait en faire Claire Paulhan. A la fois des documents précieux pour l'histoire littéraire du XXe siècle, dans des éditions scrupuleusement présentées et annotées (ici le travail de Françoise Lioure est d'une acuité et d'une précision remarquables), et des objets d'une grande beauté, nourris de photographies rares, de reproductions de couvertures de livres, de pages manuscrites...

. Objets souvent particulièrement émouvants, comme ces Notes pour servir à ma biographie, de Valéry Larbaud, publiées dans leur intégralité pour la première fois, avec le fac-similé du manuscrit, dans sa transcription.

Ce bref exercice auquel s'est livré Larbaud en réponse à une question de Maurice Martin du Gard, alors directeur des Nouvelles littéraires - "J'aimerais connaître en détail une de vos journées de travail" -, est une radicale déclaration d'amour à la création. Larbaud a envoyé à Martin du Gard, en septembre 1928, de Ligurie où il séjournait, le petit carnet de notes que l'on peut lire aujourd'hui. Il ne fait pas vraiment le récit d'une journée de travail, ce qui, au fond, ne veut rien dire pour un écrivain, mais évoque ce qu'est une vie dédiée au travail littéraire.. "Je n'ai pas réellement de "vacances", de "congé". Mes vacances, mes "arrêts" sont déterminés, en général, par l'épuisement nerveux, ou une maladie, ou un long trajet, ou l'installation dans une ville où je passerai quelque temps."

On ne saurait trop recommander cette lecture à tous ceux qui pensent qu'on "fait" des livres. Pour un écrivain véritable, "le travail est constant". "Il se poursuit à travers toutes les circonstances et les incidents de la vie quotidienne."

. Si ce texte est un bonheur, la Correspondance avec Jacques Rivière est une mine, pour comprendre les relations entre un directeur de revue - la NRF - et un auteur, qui doit âprement défendre ses idées et son travail ; pour saisir l"atmosphère littéraire de ce début de XXe siècle, les passions, les goûts, les découvertes.

Ceux qui aiment Joyce, que Rivière ne comprenait pas et que Larbaud traduisait, peuvent aller directement en 1921 et lire ceci : "Il y a dans la littérature anglaise nouvelle un seul grand écrivain : James Joyce. Une fois Ulysse publié (cet hiver), Joyce sera l'écrivain le plus célèbre du monde (...). Une belle occasion perdue pour la NRF."

                                                                    Josiane Savigneau

. Notes pour servir à ma biographie, An Uneventful One, de Valéry Larbaud. Notes et postface par Françoise Lioure, éditions Claire Paulhan, 20 €

. Correspondance 1912-1924, Le Bénédictin et l'Homme de barre, de Valéry Larbaud et Jacques Rivière. Edition établie, présentée et annotée par Françoise Lioure, éditions Claire Paulhan, 272 p., 30 €