241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2014

Béatrice Gutierrez, Ana Rive, Louis Calaferte

           S'il est un panthéon, le mien se compose de quelques livres choisis parfois au hasard de certaines rencontres, s'ils sont peu connus et dans des éditions parfois confidentielles, peu importe ! La révolte n'est guère à la mode, elle brûle quelquefois les coeurs et se dessine dans d'humbles livres : là, entre mes mains, ce sont trois recueils de poèmes, qui me sont chers et de référence.

A commencer donc par "L'Océane" de Béatrice Gutierrez, paru aux éditions Alexandre : je ne sais ce que j'ai aimé là, peut-être le caractère métaphysique de la chose, le côté pensé de ce beau livre. Une femme dans sa grossesse, ce moment-là avec ses peurs, ses enchantements, ce vers par exemple : "Ainsi cette lumière est la naissance première et l'aube finale", il y a une sorte de tragique et son acceptation, une solennité, quelque chose du lien au cosmos - si la dimension cosmique existe encore -, ce qui se passe là est important et en impose, tellement singulière cette aventure de porter dans son corps un autre corps, deux coeurs qui battent dans la même chair. Dans le corps d'une femme, un être à naître et les questions afférentes : d'où vient-elle au juste cette vie à l'intérieur, et de quel néant, de quel avant-naître, et qui dans son futur retournera là, en ce lieu indéterminé, peut-être. Femme devant le sacré : rêvons avec elle de ces mystères.

Mon second choix va vers "Nuits" de Ana Rive, aux éditions du Contentieux (c/o Robert Roman, 7 rue des gardénias, 31100 Toulouse, cf note du 25/5), belle présentation nocturne avec un cyclope ou nyctalope de Pascal Ulrich en couverture. Bien sûr, une pensée pour Cioran, est-ce le noir ou le blanc de l'insomnie ? C'est simple et clair, et là aussi une ouverture métaphysique, silence et pluie, la religieuse veille. Matin de la nuit blanche et de l'interrogation laissée pour nous tous au final : est-ce que je laisse le sommeil me prendre, ou est-ce que je veille ? Peut-être n'y a-t-il personne d'autre que le narrateur dans ces poèmes et c'est un compliment ; juste un coeur qui bat dans l'oreiller. "Je me prépare un café / Je le déguste fenêtre ouverte / Le vent est léger et danse / Il fait encore nuit."

Je clos ce rapide choix de livres posés là sur ma table avec une perle : "Bazar narcotique", de Louis Calaferte. L'écriture des poèmes est directement soumise à la vision dictée par le verbe et le mystère qui semble tourner autour des narcotiques et les troubles induits. Cela se dit ainsi, saisi au hasard des textes : "Je meurs à l'envers / foulard vert sur les yeux". C'est une étrange méditation sur le mystère de l'esprit et celui de l'esprit sous l'emprise des narcotiques. Bien différent du dramatique Roger Gilbert-Lecomte, car Calaferte semble jouer, il n'est ni sujet ni objet, simplement il regarde ce qui se passe à l'intérieur lorsque tout devient trouble et troublant. Ce n'est pas la recherche quasi scientifique de Michaux, c'est une approche tout en délicatesse, colorée des phénomènes de l'esprit. C'est la vision qui ne nie pas et ne ment pas, "est-ce un vertige qui nous fait frissonner ce soir  ?".

                                                      Jean-Marc Thévenin (cf note du 19/5)    

09/06/2014

Marché de la Poésie, Daniel Martinez

Sans oublier de me présenter à présent, il est temps je crois :

Daniel Martinez réside depuis l’été 1975 à Ozoir-la-Ferrière, en Seine et Marne.

 

Des publications en revues :Les Cahiers du Schibboleth, La Nouvelle Tour de Feu, Phréatique, Linea, Le Cri d’os, Arpa, Thauma, L’Indicible frontière, Pphoo, La Passe, Les Citadelles, L’Arbre à paroles, Verso, Concerto pour marées et silence, Voix d’encre, Revue Alsacienne de Littérature

Je dirige la revue Diérèse, à périodicité trimestrielle, depuis mars 1998, 62 numéros parus à ce jour, comité de rédaction partagé avec Isabelle Lévesque depuis le n°52/53. Je dirige aussi les éditions Les Deux-Siciles, depuis septembre 1998 (42 titres parus à ce jour).

 

J'ai publié 12 recueils de poésie, dont : N'être qu'une fois (éditions du Contentieux, sept. 2001), Le Bestiaire de Vénus, en regard de collages de Jacques Coly (éd. Le Petit Véhicule, 2003), Le Système de Véga de la lyre (éd. Le Nerprun solaire, 2005) ; en 2007, j'ai illustré Feeders au regard de poèmes de Jacques Coly (éd. Le Petit Véhicule) et publié Les mains du songe (éd. Le Nerprun solaire) ; en 2011 et 2012 ont été publiés aux Deux-Siciles : Diadème du regard et Terre entière. En 2013 : La croisée des saisons et Kakusha (éd. du Contentieux).

 

Si vous voulez me lire un peu, voici :

 

 

STOPSKOFF.jpg

Sébastien Stoskopff, Corbeille de verres, huile sur toile, 1644

                                Corbeille de verres

 

 

L’air s’est fait des plus légers, la rampe du songe au loin

laisse perler des gouttelettes qui concentrent

des particules d’étoiles, invisibles.

De l’une à l’autre devenues relais lumineux

sur le chemin de la mémoire :

à la droite d’un gobelet d’orfèvrerie

ici renversé, brillant et glacé,

un römer arbore la tristesse des dieux,

et la lente maturation du vin s’y lit

dans ce qu’approche la main, ouverte.

Sur le côté gauche du tableau,

qu’ont-ils donc perdu de leur histoire

les fragments dispersés du verre

dont les soies du pinceau touchent la froide braise ?

L’idée de l’éternité se conjugue avec

une vanité sous-jacente, son à-propos :

telle une peau froissée en regard

des lisses reliefs des deux coupes,

à chaque extrémité de la corbeille

plane l’air bleu nuit, empli d’ailleurs.

Une image de la paix, cette gloire des reflets solaires

ou le grènetis de l’écume qui constelle l’ensemble

afin de mieux dévoiler la chrysalide, œuvre accomplie ?

Assurément, ce serait crime

que de déranger le bel ordre proposé,

ce serait sacrilège que de déséquilibrer

l’un des plateaux de la balance

dont le fléau, un hanap en grappe de raisin

porte à son extrême le rayonnement second des choses

élargissant le champ du fantasme

puis celui de la toile toute entière, un défilé de masques

s’ajustant les uns aux autres, à présent figés,

enchevêtrés, icônes objectives de la (toute) petite mort.

 

                                                                     Daniel  M.

 

 * *

Sans titre.jpg

 

Quaderno di viaggio

                                                                          «Je ne pense pas, je note»
                                                                                                     Pierre Reverdy 

Gîte d’étape à Nefta, dans le grand sud tunisien
(Tappa a Nefta, nell’estremo sud tunisino) 

Tout se joue au premier regard
entre les mots de peu
et les couleurs verticales
formes brouillées mises à nu
rues flottantes que zèbrent de blanc
les pointes des roches presque translucides
à deux pas de la frontière algérienne
deux femmes en conversation
dans l’écartement des volets
et sous les paroles anodines
muette convergence des intentions

 

Tutto si decide al primo sguardo
tra parole di poco conto
e colori verticali
forme confuse messe a nudo
strade fluttuanti striate di bianco
dalle creste delle rocce quasi traslucide
a due passi dalla frontiera algerina
due donne conversano
nell’interstizio delle persiane
e dietro le chiacchiere futili
una muta convergenza d’intenti

                              *

 

Naseaux frottés contre l’échine
un mulet qui voudrait semble-t-il
happer l’autre côté de l’air
laisse naître des images
comme sur son poitrail à l’endroit
où s’use le poil paraît
une sorte de lait bleu cendré.
L’œil vivant du monde
se loge dans le crochet de grue aperçu
depuis l’espace confiné de la pièce

tout attention

 

Sfregando le frogie contro la schiena
un mulo che sembra voglia
afferrare l’altra parte dell’aria
lascia nascere delle immagini
al modo in cui sul suo petto nel punto
dove si consuma il pelo compare
una specie di latte blu cenere.
L’occhio vivente del mondo
s’infila nel gancio della gru intravisto
dallo spazio limitato della stanza

ben attento 

                                 *

 

Il est encore cette fenêtre de chant
et de rêves égarés
comme l’heure nue sous le plafond haut
les odeurs les froissements
l’infini contre soi.
A même la brique ocrée
Une toile piquée là sans châssis
fixe anonyme le premier quartier de la lune
pris dans l’acacia noir

 

Ancora un canto dalla finestra
e sogni smarriti
come l’ora nuda sotto il soffitto alto
odori fruscii
l’infinito contro di sé.
Proprio su una mattonella ocra.
Una tela appoggiata lì senza supporto
fissa anonima il primo quarto di luna
impigliato nell’acacia nera

                                *

                                            Daniel Martinez

                          traduit par Francesco Marotta

22:46 Publié dans Auteurs, Revue | Lien permanent | Commentaires (0)

08/06/2014

Marché de la Poésie : Isabelle Lévesque

      Vous présenter sans plus tarder la poète Isabelle Lévesque, qui sera présente sur le stand de Diérèse et des Deux-Siciles, au Marché de la poésie :

Isabelle Lévesque fait partie du comité de rédaction de la revue Diérèse dont elle a co-dirigé les numéros spéciaux Thierry Metz et Nicolas Dieterlé.

Elle a publié en 2011 Or et le jour (Anthologie Triages, Tarabuste), Ultime Amer (Rafael de Surtis), Terre ! (éd. de l’Atlantique), Trop l’hiver (Encres vives). En 2012 : Ossature du silence (Préface de Pierre Dhainaut – Les Deux-Siciles). En 2013 : Un peu de ciel ou de matin (Dessins de Jean-Gilles Badaire – Postface de Pierre Dhainaut, éd. Les Deux-Siciles) et Va-tout (éd. des Vanneaux). En 2014Ravin des Nuits que tout bouscule (Préface de Pierre Dhainaut – Ecrits du Nord – Editions Henry, Prix des Trouvères).

En italien (livre d’artiste) : Neve, photographies de Raffaele Bonuomo, traduction de Marco Rota (Edizioni Quaderni di Orfeo, 2013). Voir la note sur ce blog, en date du 30/4.

Elle publie également des articles sur des sites internet (Terres de Femmes, Poézibao, La Pierre et Le Sel). En une seule ligne, reportez-vous à ce lien :

http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2014/06/pierre-

dhainaut-progr%C3%A9claircie-suivi-de-largesses-de-lair-

par-isabelle-1%C3%A9vesque.html

 

La couverture du livre qu'elle signera le 14 juin à partir de 16 heures, stand 214 :

 Un peu de ciel - couv 1.jpg

Un peu de ciel - couv 2.jpg

* *

Un peu de ciel ou de matin, d’Isabelle Lévesque, éditions Les Deux-Siciles 

                                  Pour être, la poésie n’attend que notre regard.

                                                                                                    Andrée Chedid

Quelque chose s’est passé.

   Déjà sous forme de traces dans Va-Tout, le précédent livre d’Isabelle Lévesque, on distinguait, au-delà de l’emportement d’un verbe jamais en repos et dans les espaces souvent torturés de la dislocation, des moments appelant la réconciliation et une espèce de douceur, certes poignante, mais annonciatrice.

L’introduction du « Tu », du « Toi » établit une tout autre dimension de l’écriture, une introduction du murmure – ce qui à l’oreille est murmuré – une proximité avec  ce troisième personnage de l’accord, amant peut-être, partenaire, troisième terme de la parole. De l’écriture brusquée du précédent livre, on entre ici dans une douceur  du phrasé, dans lequel on aenvie de fermer les yeux, « nocturne paupière arrimée ». La présence de ce tiers est un gage d’inspiration et essentiellement de partage. Douceur retrouvée dans la légèreté extrême : « D’une libellule » « tu fais couleur », « lune ou reflet », et bien différente de la sécheresse, actuelle, du commentateur qui constaterait la métamorphose d’un œil distant. Il faut laisser au lecteur le temps et l’espace de se couler dans la joie du souffle, à mots couverts, où tout devient (redevient) couleurs. « J’attends que tu lèves des opérations silencieuses », comme si, à l’évidence, « Tu » était chargé de l’autre partie du sens, comme ami penché sur ce qui là se travaille. Ici, une musique nouvelle réunit et rassemble, le heurt des phrases entrecoupées ou blessées semble se résoudre  dans une « paix du soir ».

Lieu où les voix viennent s’emmêler dont celle, permanente, d’un « chant éternel », comme lorsqu’on devient l’autre, non plus seulement cela qui nous habite mais qui aide à porter « le phare venu de loin ». « …danses lumineuses », « porte ultime », « seuil parfumé des sons », on ne peut mieux décrire ce qui est une des origines de l’écriture actuelle d’Isabelle Lévesque, hymne à un poétique bonheur retrouvé, dans la tradition française des chants d’amour. Une exaltation en sourdine, loin des grincements de Va-Tout. Cependant, il ne s’agit pas seulement de littérature mais de vers qui ont pris corps : « je glisserai entre tes mains    forme nouvelle  / et prendrai corps si près des vers  / que nous dirons     d’une même voix  / une même prière », d’une dimension érotisée de l’écriture où «  les mots de l’encre / font au papier un vœu de foi », lorsqu’un « sésame laisse  passer nos caresses  /et [que] les courbes font chemin ». Comme si encore l’encre et l’être aimé étaient des substituts de l’écriture – ce qui ici est aimé et traversé– captée dans des invocations  : « Tu es mon encre … », « Tu es    entre deux pages », « Tu es la sève… », « Tu es l’inespéré… », cet autre « Tu » du corps ou le « Tu » de l’écriture.

Celui ou celle qui vient éveiller les sens en jachères, qui reconnaît les « valeurs », « …les herbes fines / des coquelicots couvrant / parce qu’ils sont vifs, / les promesses oranges ». Et quelque chose de nouveau brûle qui invite à la danse quand « le feu se penche / riant  lumière ». Une présence désormais qui soufflerait sur les braises des mots et des sons associés « pour qu’un seul vers, peut-être, /  rende à mes nuits le souffle ? ». Couleurs extrêmement vibrantes, souvent unies à la flamme – le coquelicot en est un des représentants – mais toujours dans cette tonalité du murmure, « à pas couverts des mots … », dans « … l’onde légère de nos terres ardentes » , une délicatesse, à l’instar des toiles et des signes de Chine. Ce qui implique nécessairement des choix linguistiques : « Nous oublions pronoms, / même les verbes, terminaison volée . /  Seuls les gestes déclinent / et je maudis petits mots dits, / articles / et les signes qu’il faut trouver / pour échapper / à la nuit. », révoquant une certaine lourdeur d’une langue articulée et subordonnée, pour laisser comme de l’espace à d’autres articulations plus enfouies, espaces relayés par les dénominations de silence, mystères, crépuscule, ombres… ; ce qui implique aussi que dans les signes enchevêtrés, il faille dénouer les trames de ce qui s’est tissé, fonction probable de ce « tu » toujours mystérieux, aux frontières du texte, parfois caché en son centre et qui tente de « conjuguer » les trois termes de l’écriture : « aimer   respirer   écrire », à l’image du poème, du poète et de l’autre.

Isabelle Lévesque invite ainsi à une  réflexion sur la poésie, comme pluralité des différents acteurs de l’écriture, c’est-à-dire aussi comme partage d’une expérience de la complexité, ce qui implique le tissage et le dénouage. C’est dans cette respiration légère que quelque chose « a trouvé sa flamme », morceau de ciel ou de matin, avec la conscience constante et douloureuse de l’impermanence même du poème : « Souffle humide et léger / de ce qui reste, / l’haleine du ciel et le dernier regard / avant / ce qui s’éteint. ».

Bernard Demandre

23:28 Publié dans Auteurs, Revue | Lien permanent | Commentaires (0)