241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2014

A propos de "Autrement contredit" : dernier recueil en date de Cédric Demangeot :

    Aux éditions de la Fée Morgane, à signaler le fameux "Autrement (contre)dit" [la parenthèse est de mon fait] de Cédric Demangeot, livre qui a bénéficié d'une étude (de qualité) d'Isabelle Lévesque sur Poezibao le 27 août.

J'en ai retenu, de cette étude, arbitrairement comme à mon habitude, une phrase, emblématique :
"Devenu "animal" le poète, est-il mort-né, tué en "mésespoir" ?" Cette idée me fait, comme a pu me l'écrire Alain Jouffroy en d'autres circonstances, ré-AJr, reprenant ses initiales. D'abord, comment imaginer le scripteur - point même poussé du haut de la roche tarpéienne par la plus cruelle des neuf Muses - sombrer dans l'animalité ?, quelle disgrâce dites-moi ! Sauf à s'exclure soi-même de ce jeu de miroirs permanent qu'est l'écriture : la tentation il est vrai, est constante, à savoir qu'à force de s'y regarder à l'oeuvre, on finirait par y perdre son image. Ou son  latin ; au pire, le sens des mots eux-mêmes.

Puis : "mort-né", le monde là, où nous évoluons, et pas seulement les poètes - qui certes sont des individus parmi bien d'autres, c'est indéniable, sans jamais pour autant être "assortis à [leur] entourage" - aurait-il cet effet pour le moins pervers ? A y regarder de près, ce n'est pas impossible, mais rien n'interdit à l'Individu justement de tout faire pour s'extraire de la gangue des chemins tracés (et de résister plutôt que de persister).

Au contraire : le poète est sans cesse à naître, et cette force d'extraction qui le caractérise dans le fond (et la forme), est inaliénable. Suffit-il d'y croire, m'objectera-t-on ? mais oui, tout à fait ! Relisez donc le premier des deux auteurs auxquels le blog a consacré un article, à partir du thème : "Où va la littérature ?"... La volonté, première. L'abdiquation ?, il est temps là encore de relire ce poème de Henri Michaux, où le "mage" se lâche, et lance fièrement à ceux qui par dépit ou facilité se contenteraient de leur sort : "têtez la moelle et la couenne des siècles".

Au final : à mon sens, de "mésespoir" il n'est pas plus que de désespoir. Le malheur n'engendre pas ipso facto le malheur, sauf à s'y complaire. La figure romantique et narcissique du poète incompris des dieux a vécu. L'ego est "chose" trop sérieuse pour lui laisser prendre le pas sur la logique même, l'instinct de vie, qui nous porte, jusqu'à notre dernier souffle. Voilà. C'est dit. Pardon à celles et ceux que j'aurais pu choquer, je suis incorrigible...

                                                                                          Daniel Martinez

00:10 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2014

Agrippa d'Aubigné (1552-1630), le prince des baroques : un regard sur "L'Histoire universelle"

               La fameuse "Histoire universelle" d'Agrippa d'Aubigné fut imprimée clandestinement car son auteur n'avait pas obtenu de privilège pour son ouvrage, ayant en outre refusé de communiquer son manuscrit au garde des sceaux Guillaume Du Vair ; il dut en conséquence se résoudre à faire venir dans sa propriété vendéenne de Maillé (près de Maillezais) l'imprimeur niortais Jean Moussat et ses ouvriers. Le premier volume fut achevé en mars 1618, le second en juillet 1619, mais Agrippa d'Aubigné ayant dû quitter Maillé pour Saint-Jean-d'Angély en décembre 1619, Jean Moussat le suivit et y acheva l'impression du troisième volume vers avril 1620. Cette édition originale a été condamnée à être brûlée dès le 2 janvier 1620 par le tribunal du Châtelet.

Chevalier vengeur du protestantisme, d'Aubigné sera pour Henri IV un ami fidèle, mais sans complaisance. Attaché au service du futur Henri IV, calviniste intransigeant marqué par la conjuration d'Amboise (1560), puis par le massacre de la Saint-Barthélémy auquel il échappa (1572), humaniste érudit autant que vaillant guerrier, il composa une oeuvre littéraire ardente et diverse à l'image de sa vie passionnée. Son amitié avec Henri IV ne fut pas sans orages et connut des éclipses : en 1577, quand celui-ci l'incita à écrire l'histoire de son règne, il lui aurait répondu : "Sire, commencez de faire & je commencerai d'escrire" (p. 6). C'est après l'abjuration du roi que d'Aubigné se retira à Maillé et qu'il y composa, en s'astreignant désormais à l'impartialité, son Histoire universelle principalement consacrée à la chronique du parti réformé de France.

Au-delà de la vie du futur Henri IV, qui fait le cadre historique de l'ouvrage, l'Histoire universelle embrasse toute l'époque, et toute l'Europe. A la connaissance qu'il a lui-même des faits, Agrippa d'Aubigné ajoute les témoignages d'autres protagonistes. Sa démarche d'historien s'explique par son engagement sans faille en faveur du protestantisme. Il avait conscience d'appartenir à une famille spirituelle massacrée et se sentait investi du devoir de mémoire. Il cultive un providentialisme semblable à celui que Calvin avait exposé dans le premier chapitre de son Institution chrétienne, et considère ainsi que Dieu est présent dans l'Histoire : "vous tirerez de ces narrations le vrai fruict de toute l'Histoire, qui est de connoistre en la folie & foiblesse des hommes, le jugement & la force de Dieu" (p.6). En revanche, s'il est l'homme d'un parti, il s'exprime sans haine dans cette oeuvre "en laquelle c'est chose merveilleuse qu'un esprit igné et violent de son naturel ne se soit montré en aucun point partisan, ait écrit sans louanges et blâmes, fidèle témoin et jamais juge" (adresse "Aux lecteurs" des Tragiques, 1616).

Figure majeure de la poésie baroque, d'Aubigné fut aussi un prosateur de grand talent. Fils de la Renaissance mariant la violence du temps et l'élégance érudite de la vie de cour, il laissa des pamphlets, un roman picaresque, de nombreux vers, mais surtout le recueil poétique des Tragiques et son Histoire universelle, qui racontent de deux manières différentes l'épopée du parti protestant. Ses qualités de prosateur sont éclatantes, où la plus grande précision se nimbe d'un sombre lyrisme. Ainsi par exemple quand il commente la mort d'Henri IV et la précarité des choses humaines :

"Les tragedies observent deux proprietez qui se tiennent bien la main ; c'est que non seulement elles ont des yssues lugubres & sanglantes ; mais aussi ont-elles des personnages ausquels il eschet de ne finir point à la mode des moindres & de la mediocrité [...]
Or voici la conclusion, non seulement de mon Histoire, mais de toutes celles qui ont esté escrites & s'escriront jamais [...], c'est que les succez envoient par force les yeux & les esprits de la terre tenebreuse au ciel luisant, des splendeurs qui passent aux eternelles, des roiaumes caduques au permanent, & enfin de ce qui paroist estre, vivre & regner, à ce qui seul est, vit & regne veritablement." (pp. 547-548) DM

15:38 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

Un poème de René Char pour la rentrée

      En ce jour de rentrée des classes, un poème de René Char, extrait d'"Aromates chasseurs", imprimé par les éditions Gallimard à 4555 exemplaires (dont 20 hors commerce) le 26 février 1976. Voici :

LA RAINETTE

Rainette se confie à l'osier qui la hale. La branche humide retire sa robe. Ecorce et jeunes feuilles ont des égards pour un ventre héraldique ! La cuisson de la faux enflammée sera pour le bas monde des herbes mordillées.
L'aberration occupe tout le ciel : là-haut, le divin églantier fouette à mort ses étoiles.

                                                                                                         René Char

11:41 Publié dans Auteurs, Blog | Lien permanent | Commentaires (0)