241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2019

Pierre Gabriel (1926-1994)

GABRIEL BLOG.jpg

SPIRALE BLOG.jpg

Ce que le monde te raconte,

Préserve-le comme un secret

Scellé sous l'écorce et la chair.

Au fond de tes yeux veille encore

L'innocence du premier regard.

Chaque syllabe en toi fait don

De sa lumière au jour qui la suscite

Et, d'un souffle, renaît pour mourir

D'une autre vie, d'elle-même jaillie.

L'été, la nuit, tout l'habite à jamais,

La neige, le galet, l'oiseau perdu

Et cette flaque où le ciel nu respire.

 

Pierre Gabriel

06:19 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

10/08/2019

"Han Shan montagne froide", traduit par Martin Melkonian, éd. passage, octobre 1982

On attribue à Han Shan (VIIe-VIIIe après J.-C.) la rédaction d'un livre de plus de 300 poèmes (Hanshan shi). Le nom Hanshan signifie littéralement "Montagne froide". Il vient du lieu-dit où aurait résidé l'ermite et le poète auquel est attribué ce livre, dans le massif du Tiantai.

Belle réalisation des défuntes éditions passage (Paris), cet anopisthographe de 32 pages dont je vous donne un extrait se vendait alors 38 francs. Je m'étais procuré cet ouvrage, soldé dans un petit carton posé à même le sol, dans une librairie de... Chamonix où j'étais arrivé la veille en descendant dans la vallée depuis le sommet du Brévent. Ce livre, unique en son genre, avait un rapport évident avec le cadre, les massifs environnants. Mais écoutez plutôt :

 

            Il y a un type curieux

            à montagne froide

            son corps est blanc

            sa tête est noire 

 

            il tient dans ses mains

            deux livres montés sur rouleau

            l'un concerne la voie

            l'autre le pouvoir

 

            dans sa cabane

            ni chaudron

            ni même de quoi allumer un feu

 

            il se balade chemise entrouverte

            pantalon de guingois

            et entend

            porteur du sabre de la sagesse

            pourfendre le désir dévorant

 

            montagne froide est une demeure

            sans poutres ni murs

 

            à gauche à droite

            devant derrière

            six portes grandes ouvertes

 

            le ciel sert d'entrée

            quant aux pièces qui la composent

            elles sont toujours vides enfumées

 

            la grande muraille d'est

            fait face à la grande muraille d'ouest

 

            au centre

            rien

 

Han Shan

09:27 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

08/08/2019

"Han Shan montagne froide", traduit par Martin Melkonian, éditions passage, octobre 1982

dans la verte vallée

l'eau du printemps est claire

 

au-dessus de la montagne froide

la lune est blanche

 

de lui-même l'esprit

capte la lumière

 

dans la saillie du silence

le savoir naît

 

contemple le vide

il est plus tranquille encore

 

le chant des oiseaux

je ne puis trop le souffrir

pour l'heure je préfère demeurer

étendu dans ma cabane d'herbe

 

le cerises brillent

rouge lumineux

les chatons des saules

serrés laineux

font pièces d'étoffe

 

qui sait que je me suis dégagé

du monde

du grand poussier

de la poussière

et que je poursuis par-devant

escaladant la face sud de montagne froide

 

Han Shan

10:06 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)