241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2017

"Ce qui est seul", de Dominique Labarrière (1948-1991)

Il conviendrait de ne pas parler de "suicide" à propos de la disparition de Dominique Labarrière, mais d'un décès provoqué par un "coma diabétique". Le contexte pourtant (qui ne m'est pas inconnu) donnerait des éléments à... Bref.
Voici un texte de lui qui ne court pas les rues, offert aux lecteurs de ce blog, il l'a écrit en octobre 1985 :

"Ce qui est seul est ce qui est ici et maintenant. "Ici et maintenant" : en aucun cas cette forme vide, abstraite, pauvre à laquelle Hegel assignait la plus basse place dans le cheminement de l'Esprit.
Ici et maintenant qui exige pour être simplement vu une qualité bien particulière de présence au monde, à soi, à l'être.
Cette qualité porte un nom : détachement.
Détachement : non pas rejet et oubli de ce qui m'entoure comme quelque chose de méprisable, comme de l'étant chargé d'être négativement. Mais bien plutôt un refus de tirer de ce qui arrive quelque bénéfice que ce soit à des fins personnelles, pour l"accroissement ou l'enrichissement de la conscience. Si l'on tient à donner des noms, une telle épreuve de l'être, apprendre à voir ce qui arrive ici et maintenant, cet apprentissage peut être nommé poésie."

Dominique Labarrière

 

22:27 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

08/09/2017

"Stations avant l'oubli" de Dominique Labarrière. éd. Mai hors saison, mars 1996

S'il est un auteur qui mérite le détour, c'est bien Dominique Labarrière, mort prématurément dans un petit hôtel du XIe parisien. Ce poète vivait pour (et par) sa poésie. Une écriture qui échappe à toutes les catégorisations actuelles, sauf qu'elle vole haut et ne se complaît pas dans les fioritures formalistes autocentrées. Ecoutons-le encore... DM

Stations avant l'oubli, V


le chemin derrière la fenêtre
où la main saisit
puis lâche une pierre


l’œil fermé
le parcourt


montagne vide et mer
lointaine et
steppe battue par le vent
terre rouge et


vol de l'oiseau vers la forêt


qui
pour garder
ce silence


l’œil oublie
la chambre close
fleurs et lampes et


bouteille aussi


s'oublient


jours que rien
ne protège


la main lâche la pierre
la main lâche la main

 

deux enfants boivent
l'eau d'une fontaine

 

Dominique Labarrière


poème dédié à Zéno Bianu

10:55 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

19/08/2017

"Paris", imprimé à Prague, éd. Aventinum, 1927

Dans ce beau livre rare, dans une édition originale imprimée à 120 exemplaires numérotés sur Madagascar, intitulé "Paris", le peintre Joseph Sima s'est illustré si je puis dire par 18 eaux-fortes rehaussées à l'aquarelle : en voici une, en regard d'un poème d'André Breton traduit en tchèque par Jaroslav Seifert. On y peut lire d'autres poètes traduits aussi en tchèque, comme Lautréamont, Jarry, Proust, Cendrars, Tzara, Rimbaud...

SIMA BLOG.jpg

 

L'aigrette

Si seulement il faisait du soleil cette nuit
Si dans le fond de l'Opéra deux seins miroitants et clairs
Composaient pour le mot amour la plus merveilleuse lettrine vivante
Si le pavé de bois s'entrouvrait sur la cime des montagnes
Si l'hermine regardait d'un air suppliant
Le prêtre à bandeaux rouges
Qui revient du bagne en comptant les voitures fermées
Si l'écho luxueux des rivières que je tourmente
Ne jetait que mon corps aux herbes de Paris
Que ne grêle-t-il à l'intérieur des magasins de bijouterie
Au moins le printemps ne me ferait plus peur
Si seulement j'étais une racine de l'arbre du ciel
Enfin le bien dans la canne à sucre de l'air
Si l'on faisait la courte échelle aux femmes
Que vois-tu belle silencieuse
Sous l'arc de triomphe du Carrousel
Si le plaisir dirigeait sous l'aspect d'une passante éternelle
Las Chambres n'étant plus sillonnées que par l’œillade violette des promenoirs
Que ne donnerais-je pour qu'un bras de la Seine se glissât sous le Matin
Qui est de toute façon perdu
Je ne suis pas résigné non plus aux salles caressantes
Où sonne le téléphone des amendes du soir
En partant j'ai mis le feu à une mèche de cheveux qui est celle d'une bombe
Et la mèche de cheveux creuse un tunnel sous Paris
Si seulement mon train entrait dans ce tunnel

André Breton

17:32 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)