241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2015

Notes et contre-notes, III

La conséquence – Cette ombre infinie de ton crépuscule, étique, et que tu crains, est celle du bâton que tu as levé en ton aube, et oublié.

 

Entrer – Regarde et pénètre, ou meurs dehors.

Sur le volet – Je me suis parfois menti plus authentiquement que je ne trie le grain de l’ivraie.

Chez-soi – On crée notre souffrance parce qu’elle est notre domaine.

Immortels – Les mots ne sont immortels que par ce fait qu’ils sont un rêve de la conscience.

L’épée dans l’eau – L’orgueil n’est un rempart qu’aux foudres qu’il attire.

Complément de vide – Mon désespoir sitôt aperçu dans la conscience lâche de sa demi-mesure s’accroit de ce qu’il manque à sa perfection. Le désespoir n’est plein que par l’ajout de sa détection à cet “extrait complet” de lui-même.

Le travail – La chance prend à ce qui vient, s’est retirée de ce qui reste.

Une langue barbare – Tu juges que la poésie passe bien après “sauver le monde”. Mais je déclare encore que c’est une seule et même chose. La poésie – en témoigne ma chair survivante, qui est tout ce que je suis et sais de l’âme – gracie l’homme. Et sans elle, je puis te l’assurer, n’aurait eu lieu cette occasion de reproche, où parce qu’elle existe, j’existe et la surclasse ? Pourtant je sais que tu le sais, qu’une main tendue modèle plus durablement qu’un poing tombé.

 

                                                          Stéphane Bernard

09:34 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

31/05/2015

Notes et contre-notes, II

Choc – Le malheur de la sphère : l’impossibilité, qu’attestent l’un et l’autre de ses résidents, de s’y fuir à l’extrême sans le terme d’une collision.

 

Ne pas tarir – Puise à d’autres tentations d’aimer l’aliment enrichi du présent amour.

 

L’ailleurs est dans le coin – L’ailleurs que tu ne cherches pas en toi ici se masquera peut-être du là-bas où tu te crois trouver.

 

Masque – Toute forme est une fiction. Il n’est que ce qu’elle contient.

 

Percée – L’âme fuit seulement à l’œil et dans le rire.

 

Zone – Il est une zone de haute sensibilité en deçà de laquelle tout sensible léger s’arrête. Et celui-là rit dehors de cet autre qui y pleure.

 

Sensibilté – Diamant brut où l’intelligence façonne sa clarté.

 

L’habit – L'une des formes qu'emprunte le Bien rédimerait peut-être la parfaite forme du Mal.

 

S’écarter – Dans l’idée du masque, ce qui me déplait n’est pas le masque mais l’idée. Ce n’est pas ce qui est fait ou dit sans véritable volonté d’être fait ou dit qui me cause grief, mais ce volontaire exil de ce qu’on nomme être.

 

Chaque seconde est un sacré bout de chemin – “Je ne pensais pas avoir la force de venir jusqu’ici. Qu’on me reprenne maintenant, rien ne m’enlèvera ce sourire, si je veux sourire. Il n’est pas de chair.”

 

Zéro & compagnie – Une présence n’est jamais égale à une autre – quand deux absences, elles, se valent.

 

Un langage – comme l’air, qui passe sur toute chose, entre les êtres, et glace ou brûle.

 

Le terrible – Le langage et nos sens couvrent Dieu comme la peau nous épargne la vue de nos tripes, sont le voile jeté sur le terrible.

 

                                                                 Stéphane Bernard

11:37 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

30/05/2015

Notes et contre-notes, à Martin Melkonian

PERRET BLOG.jpg

Figure – Une figure au miroir entre celle de l’enfant infini et celle de son père plus achevée toujours.

 

Une chance – Le poème est un objet trouvé “perdu artificiellement sur ton chemin.” Il n’est jamais ta commande (n’est pas adressé).

 

Soigne l’uniforme – Cette lumière que tu forges à être et qui les éclaire sur toi-même est aussi ton bouclier. Plus uniforme est-elle, plus invincible il sera : tout dire castre la fable. Mais laisse leur une seule ombre, ils en feront une brèche, ou la ténèbre d’une épée tombante.

 

L’appui – Reviens sur tes pas et tends le pied à l’écueil que ton instinct éluda. Au lieu du problème il est une solution, le degré nécessaire au passage du suivant, plus haut qu’invisible, mais au-delà des yeux.

 

Résignation – Du moment qu’une chose m’apparaît irréalisable, son projet s’annule dans cette même seconde où son désir se serait assouvi. Le vide est de lui-même une matière pleine.

 

Dans l’étui – Ces choses du monde qui me font une figure de leurs ombres ne sont pourtant pas vues : mes yeux sont rentrés, rangés ; occupent, stupéfiés, l’étui kaléidoscopique du moi.

 

Luminaires – Cette lumière, lieu des yeux qui lisent, affaiblit ou renforce l’imprégnation aux lectures. Les caractères s’y détachent peu ou prou selon l’éclairage où elle nous tient. Une lampe, une météo, du feu d’un esprit règle la nuance.

 

L’éternel dupe – Que cette chose qui n’avait jamais été soit, convainque d’imaginer d’elle qu’elle a toujours été.

 

Les sans-purges – Les gens qui ne font pas de cauchemars m’effraient : ils vivent sans purges.

 

Qu’un temps – Passé ne sera toujours qu’état dégradé du présent gravé.

 

Capiteuses – Ces pensées trop fortes, gestes de l’esprit qu’une sommation de l’ivresse désarme et exile au soir, volontairement, se reforment et m’assiègent et piquent les bords de la chair, fébrile au matin. Dans cet état, plus sensible parce qu’exacerbé, enfin je les tolère et peux dire : l’alcool se retirant des liqueurs les assèche, à la langue leurs saveurs se fixent.

 

                                                           Stéphane Bernard

18:55 Publié dans Arts, Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)