241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2017

Jacques Kober (1925-2015)

Ce bleu s’appelle bénir frémir.

 

Vue de votre balcon, pavé d’ardoise, où plonge la mer
que tête le bleu d’un biberon de sardines.
La mer, qui ne sera jamais couvercle mais l’aventure
boitée sur les gros galets comme des talons
avec défense de ne pas la regarder pieds nus.
Tous les pas d’Italie sont permis sur le balcon de la nuit,
la courbe d’horizon n’est pas à soupirer puisque
défenestrée la mer est gravide d’alléluias.
Aucune vague du rivage n’est distante à crawler la dentelle.
Liliane caresse le doigt du bleu ouvert sur le buisson du fleuve,
son balcon de contact n’a pas d’économie.
Réparatrice de la lune pour éclairer le bleu,
elle a bougé son clair et négligé que le bleu soit laqué.
Bonté de ce studio, à bénir
avec du bleu frémir.

                              Jacques Kober

                                          2012.

Surréaliste de la première heure, Jacques Kober a participé à plusieurs reprises à Diérèse. Ami de Jean Rousselot, il se méfiait plus que tout des positions dogmatiques d'un Noël Arnaud - et eut maille à partir avec lui dans les colonnes de Diérèse (son numéro 7, précisément). Il s'est intéressé à la revue jusqu'à sa fin, revue qu'il appréciait pour sa liberté de ton, son refus du manichéisme, son rejet du formalisme en poésie (incluant lettristes, objectivistes et tutti quanti) et son indifférence envers les acteurs officiels de la culture.

... Je me dois par ailleurs de vous informer que les 300 pages de Diérèse opus 71 sont quasiment bouclées. Je vais donc m'octroyer un peu de repos et reprendrai ce dimanche, notamment pour relire le tout (ce n'est pas une mince affaire !), mettre au net le sommaire, la table des illustrations et le montage de la couverture : la première étant le fait de Pacôme Yerma, la quatrième, de Daniel Abel.
Ce numéro fera date, avant le 72, qui marquera les vingt ans de Diérèse : le 21 mars 2018 (loin des donneurs de leçons et des enrégimenteurs de tous ordres). Merci aux poètes, aux plasticiens qui ont permis cette belle aventure. Amitiés partagées, Daniel Martinez

                                     

22:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2017

"Sous les paupières de Mou K'i (ou T'si)" XIIIe siècle, dynastie Song, moine et peintre chinois.

Ses yeux ramassent l'or des équinoxes.
En une étreinte le vent chasse l'hiver
et se faufile entre les clairs de lune.
Ce pêcheur jette son filet ; lamentation de l'onde.


Une empreinte ; vol de l'hirondelle.
Les brumes découpent ces monts imaginés.
Couleurs du Tch'an,
l'encre comme miroir des âmes.


Paul Lemuel Cabanel
in De la nue, apparus
chez l'auteur, 2017

10:23 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2017

John Keats (1795-1821), traduit par Jean Rousselot

When I have fears I may cease to be
    Before my pen has glean'd my teeming brain,
Before high-piled books, in charactery,
    Hold like rich garners the full ripen'd grain ;
When I behold, upon the night's starr'd face,

    Huge cloudy symbols of a hight romance,
And think that I may never live to trace
    Their shadows, with the magic hand of chance ;
And when I feel, fair creature of an hour,
    That I shall never look upon thee more,
Never have relish in the feary power
    Of unreflecting love ; - then on the shore
Of the wide world I stand alone, and think
    Till love and fame to nothingness do sink.

                                John Keats

 

Quand j'ai peur de cesser d'être avant que ma plume
N'ait extrait tout le grain de mon cerveau fécond
Avant que ne s'amasse en maints et beaux volumes
Tels d'opulents greniers la parfaite moisson,

Quand je contemple au front étoilé de la nuit
Les symboles brumeux d'un céleste poème
Et songe que la vie peut-être m'aura fui
sans qu'inspiré j'aie su tracer leurs ombres même

Et quand me vient l'idée, éphémère beauté,
Que jamais plus je ne pourrai te regarder
Ni jamais savourer le don d'amour sublime,

Alors sur le rivage du monde sans fin
Je reste solitaire à méditer au point
Que jusques au néant Gloire et Amour s'abîment.

                                 adaptation de Jean Rousselot