241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2020

"La légende anonyme", d'Alain Roussel, éditions Lettres Vives, décembre 1990, 80 p., 79 F.

De l'océan, il apprit la musique. Le vent lui apporta les paroles. Son propre souffle lui dictant la cadence, il se mit à danser à l'intérieur du centre. Tandis qu'il tournait dans un sens, le monde tournait dans l'autre et quand la terre, plus ancienne, s'essoufflait, il tournait pour elle, tant et si bien que le printemps revenait chaque fois à la même place. Il dansait ainsi au plus étroit dans le cœur des choses et le ciel était en lui, sans commencement ni fin. On ne sait pas pourquoi il trébucha. On se rappelle seulement à travers les légendes que cette fois-là le printemps prit du retard sur sa propre marche et que lui perdit son ciel dans un arrachement qui le jeta en dehors du cercle.
Maintenant, un peu hagard, il marche sur les routes, dans une lumière assombrie. Il écoute l'océan, mais ne reconnaît plus la musique. Le vent a oublié les paroles. Quand il cherche une étoile, il doit lever les yeux vers des lointains inaccessibles. On respire pour lui dans sa poitrine. Mais, confondu avec le chemin, il continue de danser, sans savoir de qui il est la trace.


La falaise affronte la mer et le vent, ce corps à corps dans la crique. Le rocher attend la marée. Les mouettes guettent dans l'eau leur image voilée. Dans l'indifférence du ciel, les nuages sont des sentiments. Le couchant, cette tragédie, vient à l'heure dite. L'infini rumine sa peur d'être immense dans un îlot lointain. Le voyage est à sa place parmi les possibles, ces dépliants métaphysiques. Le vague a aussi sa symphonie, composée de notes distinctes. Devenue vieille tout à coup, la vie brade ses couloirs. Lui, il est l'interprète. Ah, si seulement il connaissait la langue.

 

Alain Roussel

Dernière publication :
La Vie secrète des mots et des choses
, Maurice Nadeau, 2019

02:07 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

21/04/2020

"ŒILLADES", de Daniel Boulanger, éditions Gallimard, 18 janvier 1979

Retouche aux fruits

 

            une pomme à la main
            et dans l'autre la terre
            le ciel fait le beau

 

            on entend le râle des époux
            d'une douceur de châle à fleurs

 

            et le plaisir se change en pierre
            pareil à la poire en bouteille
            claire dans la pièce obscure

 

Daniel Boulanger

GRENADE BLOG.jpg

07:27 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

19/04/2020

"Blason de la chambre", de Guillevic, éditions Les Presses d'aujourd'hui, novembre 1982, 2660 ex hors commerce

Le Soleil

 

Tu me donnes la permission
D'entrer partout.


Pas comme quelqu'un
Qui vient de loin,


A travers
Des calculs d'astronomes
Et des rêves protubérants.


C'est en voisin que tu es là,
Introduit, familier,


Disant le droit

Des taches sur le mur


Et celui
De la chambre et l'épaisseur
De son autonomie.

 

Guillevic

09:20 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)