241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2019

"Le Pont traversé", de Jean Paulhan, éditions Spectres familiers, 625 ex, mars 1986 (60 f.)

LE PANIER DE SINGES


Ce vieil homme se vit entouré par des femmes et des enfants qui sortaient du cinéma. Mais on ne le bouscula pas, on lui ouvrit même la barrière du passage à niveau, parce qu'il avait l'air gêné avec son panier. C'était près de la nuit, il prit la ruelle qui monte aux faubourgs.
Il s'arrêta deux fois. La seconde fut à côté d'un château ruiné : des figuiers blancs poussent dans ses fossés ; les tours vont s'écrouler, le lierre seul les retient.
Ici le vieux eut du mal : un des singes pas plus gros que des mouches, qui étaient dans le panier, se jeta violemment contre le bord. Cela balança le panier.
Il avait bien d'autres soucis. D'abord les hommes qui le rencontraient négligeaient de le reconnaître. Il arriva que la route résonnât sous ses pieds comme si elle eût caché des cavernes. Il monta sur la borne d'un portail.
Je le prenais souvent pour moi : j'étais sûr que le but de son voyage me tenait de près. Ensuite je me détachais de lui, qui était maladroit et vieux.


*  *  *


Les singes étaient vifs de couleurs. Quand le panier penche, l'on voit tantôt l'un briller à la lune, tantôt l'autre.
L'homme prend maintenant le sentier qui va vers ta maison. Mais ce sentier change, et le conduit droit dans un pré. Il entend la clochette d'une vache, et la suit.
L'incertitude le retarde, et fait qu'il est distrait par les détails du pré : il regarde longtemps une famille de champignons.
Je connais alors ses idées ; je sais à n'en plus douter qu'il n'est pas moi, mais une sorte de messager que je t'envoie ; il a, dans la route, si mal soigné les singes-mouches que trois d'entre eux sont morts.


*  *  *


Ce rêve s'adresse à toi comme une lettre. Les singes ressemblaient aux champignons de la première nuit.
Mais l'espoir de n'être pas celui qui te recherche allait à son tour me manquer.

 

Jean Paulhan

11:23 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

"Material Memoria", de José Ángel Valente (1929-2000), traduit par Jacques Ancet. Editions Unes, février 1986

          Luego del despertar
          y mientras aún estabas
          en las lindes del día
         yo escribía palabras
          sobre todo tu cuerpo.


          Luego vino la noche y las borró.
          Tú me reconociste sin embargo.


          Entonces dije
          con el aliento sólo de mi voz
          idénticas palabras
          sobre tu mismo cuerpo
          y nunca nadie pudo más tocarlas
          sin quemarse en el halo de fuego.

 

*  *  *


          Au réveil, et tandis
          que tu étais encore
          aux lisières du jour
          j'écrivais des mots
          sur tout ton corps.


          Puis vint la nuit et elle les effaça.
          Tu me reconnus cependant.


          Alors je prononçai
          du seul souffle de ma voix
          des mots identiques
          au-dessus de ton corps même
          et nul ne put jamais plus les toucher
          sans se brûler dans le halo de feu.


José Ángel Valente

03:53 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

15/08/2019

Pierre Gabriel (1926-1994)

GABRIEL BLOG.jpg

SPIRALE BLOG.jpg

Ce que le monde te raconte,

Préserve-le comme un secret

Scellé sous l'écorce et la chair.

Au fond de tes yeux veille encore

L'innocence du premier regard.

Chaque syllabe en toi fait don

De sa lumière au jour qui la suscite

Et, d'un souffle, renaît pour mourir

D'une autre vie, d'elle-même jaillie.

L'été, la nuit, tout l'habite à jamais,

La neige, le galet, l'oiseau perdu

Et cette flaque où le ciel nu respire.

 

Pierre Gabriel

06:19 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)