241158

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2020

"Présence du masque", Eric Chassefière, éditions Sémaph[o]re, décembre 2019, 90 p., 12 €

       "Là où les faisceaux de la raison se brisent
       contre les nuages, le sable parle à nos sens".
       Antonin Artaud


La profondeur de la musique est à la mesure
du silence des doigts courant sur le manche
main gauche     araignée souple déployant sa danse
tandis que l'autre main avance en funambule
tirant équilibre des mille hésitations de la corde
à l'instant où s'y posent les yeux du guitariste


musique infiniment tissée et délicate
que l'interprète cisèle dans l'écoute attentive
du public disposé sur deux rangs     en arc de cercle
dans la salle attenante à l'église
décors tout en boiseries     silence que brise parfois
le cri d'un oiseau qu'on dirait jailli de la musique elle-même

 

Eric Chassefière

08:36 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

13/05/2020

"Une fin d'après-midi à Marrakech", de James Sacré, éd. Ryôan-ji, 1/1/1988, 200 pages

Ton nom s'établit dans mon corps silencieux, je me souviens
de la lumière et de l'eau à la Ménara de Marrakech.
L'inconsidéré tumulte du cœur
S'apaise dans la palmeraie tranquille des mots. La vertu d'une phrase que tu m'écris
Irrigue ce qui ressemble peut-être à de la vie dans ce poème,
Dans nos corps comme une fragile clôture en pisé temps :
Je voudrais (est-ce qu'on entend vraiment ta voix ?)
Que mes mots banals te soient comme une eau claire qui coule bien sûr, mais aussi
A contenir au moment de la soif.

 

James Sacré

MARRAKECH BLOG.jpg

03:20 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)

12/05/2020

"En route pour Haida Gwaii", de Jean-Claude Caër, éd. Obsidiane, 25/10/2011, 72 pages, 400 ex, 14 €

Ce monde obscur à ma fenêtre
Cinq grandes grues oranges
Crêtées d'une lumière rouge
Avec les traînées de nuages sur la mer.
Monde de reflets. Monde sans substance
Où souffle l'esprit de la Femme Squale
Où passe en un éclair l'orque
The Killer Whale
Et plus loin ce ne sont plus des grues qui se dressent,
Mais les totems poles
A Skeedans, à Ninstints,
Sur les îles de la Reine-Charlotte
Monde sans substance
En un éclair la voie lactée se dévoile
Comme des diamants tendus sur un fil d'or -
Molécules de temps tissées sur la surface de la mer.
Ainsi passait la barque haida et son chant
Et ils ramaient de toutes leurs forces
Dans le monde moderne.

 

Jean-Claude Caër

________

Note de l'auteur : Haida Gwaii, littéralement L'île du peuple, anciennement Queen Charlotte Islands (les îles de la reine Charlotte), est un archipel situé sur la côte sud-ouest du Canada, composé essentiellement de deux grandes îles. Les Indiens Haida vivaient sur cet archipel et sur les côtes environnantes. Cet archipel fut découvert par George Dixon, un capitaine de James Cook, en juillet 1778, alors qu'il naviguait à bord du bateau Queen Charlotte. Il fut renommé officiellement Haida Gwaii le 18 juin 2010.
Des mats totémiques (les totems poles) ornaient "les maisons des habitants les plus puissants".

 

DESSIN BLOG.jpg

07:20 Publié dans Auteurs | Lien permanent | Commentaires (0)